Birmanie: L'Asean sous pression pour nommer un envoyé spécial

·1-min read
BIRMANIE: L'ASEAN SOUS PRESSION POUR NOMMER UN ENVOYÉ SPÉCIAL

(Reuters) - Les ministres des Affaires étrangères des pays formant l'association des nations du Sud-Est asiatique (Asean) sont sous pression pour nommer un envoyé spécial en Birmanie cette semaine, après qu'aucun consensus n'a été trouvé à l'issue de longs mois de négociations.

Six mois après le coup d'Etat qui a vu le gouvernement élu d'Aung San Suu Kyi se faire renverser par la junte militaire, les ministres se rencontreront lundi afin de nommer un envoyé spécial qui devra mettre fin à la violence dans le pays et essayer d'établir un dialogue entre la junte et ses opposants.

Les Nations unies, la Chine et les Etats-Unis ont désigné l'Asean, dont les 10 membres incluent la Birmanie, comme l'organisation la plus à même de mener les efforts diplomatiques visant à rétablir la stabilité en Birmanie.

La recherche d'un envoyé spécial a commencé en avril, lorsque les dirigeants de l'Asean ont annoncé avoir trouvé un consensus en cinq points devant permettre de mettre fin aux troubles en Birmanie.

Ces dernières semaines, les Nations unies et les Etats-Unis ont exhorté l'Asean à accélérer la nomination de l'envoyé spécial.

(Tom Allard, Panu Wonngcha-un et Ain Bandial, version française Camille Raynaud)

Our goal is to create a safe and engaging place for users to connect over interests and passions. In order to improve our community experience, we are temporarily suspending article commenting